Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Le cap des trois mois

     


    Découvrez Yael Naim!

     

    Dans une relation, il parait qu’il y a un cap à passer. C’est les 3 mois. Je dis il parait, parce que je n’étais pas habituée à ce genre de relations (aussi longues, sic) depuis longtemps, mais j’ai quand même déjà eu des relations très longues. Celles où on compte en années. Celles où on dit je t’aime comme « A+ ».

    Paraît-il, donc, que les 3 mois sont un cap à passer. C’est une amie qui m’a expliqué ça, quand je lui faisais part de mes sentiments de la semaine dernière. L’impression de le voir partir dans ses pensées, le voir prendre du recul et réfléchir et mesurer son attirance pour moi. Le sentiment fort de le savoir ne pas être dans le même état que moi. Voir que si je lui disais « je t’aime » il n’y aurait que le silence qui me répondrait.

    Elle, mon amie, elle a de l’expérience dans ces relations où on essai de se dire que c’est le bon, et puis non. 35 ans pas encore mariée ni de gamins… je me demande si c’est ce qu’il m’attend.

    C’est aujourd’hui nos 3 mois. Je pense qu’il ne relèvera pas anyway. C’est bizarre de se sentir dominée par ses sentiments. Avant c’était facile. Mes plans culs, mes navets, je gérais. Pleurais un bon coup, mais ne le regrettais pas trop, puisque ce n’était qu’un « pauvre mec ».

    Là c’est différent. Je m’approche, je m’attache, il m’apprivoise. Je ne fronce plus les sourcils, je m’apaise avec lui, et adopte un nouvel équilibre. Je grandis, et me sens femme. Je me découvre adulte responsable et enfant capricieux. Je suis tour à tour la femme rassurante qui l’écoute, le conseil, est là pour lui, et la jeune baby doll qui se blottit sur son torse et fait la moue pour avoir une faveur. Il me donne tout ça.

    La crise des trois mois, c’est typiquement masculin. Au départ, l'homme est heureux, il mange de bons petits plats et a un corp chaud à serrer contre lui le soir. Et puis d’un coup, il se dit que « merde, ça fait 3 mois » que ça devient « sérieux » et qu’il est méchamment en train de perdre sa liberté. Que si ça continue, il va passer toutes ses soirées à manger un bon petits plats, comme chez maman, et qu'il sera obligé de complimenter la cuisinière, et blottira, ou pas, un corps chaud et emmitouflé dans un pyjama pilou tous les soirs. Et là, il flippe. (Moi aussi, je ferai pareil en même temps)

    La crise des trois mois, c’est une mauvaise période à passer où il faut faire comprendre à son homme que l’on n’est pas une sensu prédatrice et castratrice, une mante religieuse jalouse et belliqueuse, que l’on veut juste des fous rires, de la complicité, de la tendresse et du sexe. Si peu de chose en fait.

    Ma technique ? Ne pas le harceler. Etre attentive mais un poil distante. Ça tombait bien, ce week end, je suis chez mes parents. Le temps de le laisser bosser, respirer, remarquer que je ne suis pas là… Relever le fait que l’on est contente de passer aussi une soirée « tranquille chez soi sans lui » et lui dire aussi quand son attitude nous blesse.

    Résultat ? Ça passe, petit à petit. Son inconscient plein de testostérone se calme, il est venu déjeuner avec moi par surprise 2 fois dans la semaine. On a passé une très bonne soirée pleine de tendresse et de câlins qui font « mmmmhhhh ouahhhhh » et il m’a appelé tous les soirs où je n’étais pas avec lui.

    To Be continued…

    F.

    Ps : je flippe... quand on est célibataire, on a rien, on a rien à perdre. 

  • Mes exs sont formidables.

    Préambules.
    Je sais que dans les commentaires, j’avais prévu de vous expliquer ce qu’est la crise des 3 mois mais j’arrive pas à écrire cette note. Je préfèrerai faire un truc un peu drôle, mais il ne sort qu’un truc mielleux, dépressif et bancal.
    Bref. Je teste les « conseils » que je voulais y mettre, et j’espère que je vous l’écrit bientôt parce qu’ils auront réussit. Sinon, ça sera « Comment je me suis fait largué à cause de la crise des 3 mois »


    Cela étant dit, passons à l’exemple n°1 :
    Je me disais l’autre jour, « mes exs sont formidables ». Sauf qu’il faut mettre beucoup d’ironie dans le formidable.

    J’ai vu Fantomas l’autre jour. (Pour les petits nouveaux, Fantomas était un beau et grand et bien foutu serveur du Showcase avec qui je suis restée. Un peu. Jusqu’à ce qu’il me fasse une mort téléphonique en fait. Là j’ai compris que je m’étais emballé. J’ai fait (un peu) ma Josiane. Et il m’a larguée. Et j’ai pleuré parce que c’était le 1er mec qui le faisait. Et qu’il était bien foutu aussi.
    Fin de l’histoire ? Même pas. (les notes sont ici et ici et le larguage ici.) Pendant les 6 mois qui ont suivis, il a fait le « bon pote » s’est invité à diner chez moi, m’a fait des compliments mais rien tenté. M’a offert des verres au Show case jusqu’à ce que je ne veuille/puisse plus. Et puis voilà. Après, on a pris un peu de distance, mais il m’a toujours refait son sourire mielleux/clin d’œil dès que je mets les pieds là bas.)


    Et donc, fait de hasard, j’allais voir un concert l’autre jour, au Showcase. Ironie de l'histoire j'y suis allé EXACTEMENT 1 an jour pour jour après qu'il m'ai largué.
    Au bout de 5 secondes dans la boite, reflex, je regarde s’il est là, il me repère avant je ne le voit, me fait des signes et tout et tout. Crevant de soif, un peu plus tard, on s’approche commander nos coupettes, Il me dit fièrement avec son sourire mielleux (copyright), que « Il ne drague pas » et que d’ailleurs « il n’a eu personne depuis moi » puis a critiqué élogieusement mon mec actuel tout en me posant milles questions sur lui, me donnant « 5 mois maxi » avant de le quitter et le tout en me complimentant « Tu as maigri » (oui c’est ça LOL !) On passe notre chemin, se pose sur un canapé, et Sarah m’informe de son œil perfide, qu’il n’arrête pas de me mater du coin de l’œil.

    Et là je dis juste « mon ex est formidable » Pfffff… Mais boulet… C’est dingue, comme ce mec, canon, au demeurant, j’en voudrais plus. Je vous le laisse, tiens. Il me laisse un gout amer dans la bouche. Certainement trop de larmes qui n’en valait pas la peine.



    Exemple n°2 :
    Do you remeber this summer ? Je vous parlait de Mr Mort téléphonique, que j’ai copieusement critiqué ici, et surtout ICI et puis finalement non, puis encore critiqué, puis voilà, c’était devenu un ami qui avait un peu de problème, mais qui me touchait. C’était bien compliqué. Et moi je n’aime pas trop le compliqué, donc je me suis dis que j’allais le laisser faire sa vie. Et puis surtout, après, j’ai eu mon mec actuel, ce qui arrange beaucoup les choses. Donc, Mr Mort téléphonique, je l’avais un peu oublié. Et puis l’autre jour, je le cherchais par habitude dans mes contacts Facebook, et je ne le trouve pas.
    Me virer de ses friends, qu’il avait fait.
    (Mais pas ma cops, parce que en fait, il veut se la taper. Il me l’a avoué à moitié, un jour où il était complètement bourré.) Yeurk. Bullshit, qu'il aille au diable. Pourquoi? je ne sais pas. Peut etre parce qu'il me devait un peu d'argent, et même si ça m'aurait arrangé qu'il me les rende, je m'en tape un peu. J'ai juste pas compris ce qu'il s'est passé dans sa tête... Pour la nouvelle année, je tente un "Bonne année quand meme" par texto. Réponse 6 jours apres "Te retourne la bonne année"

    Et là je dis juste « Il est trop fort mon ex » Le plus drole, vous savez ce que c'est? c'est qu'il lisait mon blog, à l'époque, et qu'il l'apréciait. ce qui serait drole, ça serait qu'il me laisse un commentaire... là on se marrerait bien!

     

    Les exs, sources inépuisable de surprises quotidiennes...

  • Declenchage du plan BPE

    Kezako le plan BPE, tu vas me dire?

    Je t'entend même d'ici soupirer "Elle a encore trouvé un nouveau surnom à un mec..."

    Ben non, même pas.

    Figure toi, que le plan BPE, c'est le plan Bonne Pour l'Eté.

    Mes amis m'ont bien sur dis "t'es déjà bonne, qu'est ce que tu nous saoules) mais je me demande si c'est pas juste pour être gentils avec moi et que je les emmènes à St raph.

    Vois-tu le problème, c'est St raph, justement. ça aurait été plus simple si ça avait été en alaska, mais non.

     

    Le fait est que parents adorés ont acheté un sublime baraque (on dit villa, là bas, c'est plus snob) sur la côte d'azur. Du coup, tu comprends, je me sens obbligé d'y aller (lol).

    Remarque 1 : sur la côte, toute les filles sont bonnes

    Surtout que j'ai acheté 2 maillots de bain ERES (qui te coute un bras, je te raconte meme pas) pour bien aller avec le coté snob de la piscine. Tu comprends, moi à la base, je viens de l'est. Dans l'est, y a que les gens très très riches (ou très très cons) qui ont des piscines. Sauf que dans le sud, c'est assez commun, mais on perds pas ses bonnes vieilles habitudes comme ça.

    Donc look at mes maillots ERES :

    Celui là mais en gris

    Et celui là mais en bleu pétard (j'espère que tu suis)

    maillot deux pièces Erès incontournable

    Cher le ptit bout de tissus, mais là n'est pas le propos.

    Remarque 2 : à ce prix là, le maillot eres ne supporte pas l'effet muffin (autre nom pour le bourelet au niveau des poignées d'amour)

    Le propos, c'est mon GRAS.

    Là, tu dois être tellement déçu, lecteur qui m'idéalise... (lol)

    Oui, j'avoue, je crie bien fort, j'ai une tendance adipeuse. Y en a qui appelle ça des formes. Y en a qui le voit pas, rapport que j'ai des gros seins, et qui regarde pas le reste, mais toujours est il que je le traine, mon ptit bout de gras sur le bidon, depuis un certain temps, déjà. Et meme que je le deteste quand je dors sur le coté, on le sent plus, c'es physique... mais je m'égare...

    Et donc, c'est là, ou je te dis que je déclenche le plan BPE, voir meme le SUPER BPE (tant qu'à faire, si je peux faire la bonnasse en maillot eres à Nikki beach et qu'on m'offre du coup les piscine (champ + glaçon) à 15e, je dis pas non.)

    Etre bonne, c'est qd meme bien pratique.

     

    Des idées? parceque le soucis étant que je suis quand meme bien fénéante. J'aime bien la pisicne, mais que celle de la ville de mes parents (parceque y a un hammam pour apres) J'ai bien pensé à reprendre mes cours de gym suedoise, mais c'est loin. (en fait non, j'ai pas d'excuse). Du coup, je vais reprendre mon yoga at home.

    Du coup, sweetie, tu peux m'inviter à diner quand tu veux, je me contenterai de 3 sashimi et une eau gazeuse, ça devrait pas te ruiner.

    Sur ce, cordialement, je vais me vider 1L de thé, histoire de faire la vraie fille au régime (c'est toute une habitude)

  • Et puis, l'espoir...

    J’avais commencé une note pessimiste au possible, parlant de crise économique, de «  je ne sais pas ce que je vais devenir » et de « toute façon, je ne sais pas quoi vous souhaiter pour 2009 » ! Elle s’appelait même « 2009, je peux passer mon tour ? »

    Je l’ai commencé, puis interrompu. Et ce soir, j’écoute ça :

    Et je n’ai plus envie d’être pessimiste.

    Non, parce que bien sûr, je ne sais pas ce que je vais faire après mon CDD. Je ne sais pas si je vais rester avec mon mec, si je garderai mon appart dans le 6eme, ni encore mois si je ferai le quart de tout ce que je projette de faire.

    Une chose est sure, les jours vont rallonger, et je me réveillerai avec les rayons de soleil qui caresseront mon visage. Peut être alors, je partirai bosser dans une super boite, que je courrai dans le métro, mon Starbucks à la main. Peut être aussi que je me retournerai, et me blottirai contre mon mec. Il ouvrira les yeux en me souriant. Et on prendra notre petit déjeuner ensemble. Lui un café et des madeleines, moi un Nesquick froid, et un kiwi. Puis, j’enfilerai un grand débardeur que je lui aurai piqué, et je regarderai les annonces de jobs, en levant les yeux de temps en temps vers lui, et il passerait près de moi en laissant glisser sa main sur ma nuque.

    Une chose est sure, les terrasses de cafés vont se reprendre leurs fil, et je m’entends déjà éclater de rire, une bière à la main, quand j’entendrais Marion, Capu, ou ma blondasse me raconter leur dernière josianerie en règle. Peut être que je leur raconterai comment j’essaie de me changer les idées de m’être fait largués quelques semaines auparavant avec des mecs misérables qui, je le sais, ne me mériteront pas. Elles me souriront et me remonteront le moral, parce qu’elles sont trop fortes. Peut être aussi qu’elle se flouteront de moi, parce qu’elle ne m’imaginait pas rester aussi longtemps avec quelqu’un, mais qu’au fond, elles seront contentes pour moi, par ce qu’elles sont trop fortes.

    Une chose est sure, il va faire plus chaud et je laisserai au placard ma grosse écharpe. Peut être que je ne pourrai pas faire de shopping, et j’essaierai de raccourcir mon slim 2008, et de mettre une veste 2007, pour me donner un look à la « Balmain 2009 », peut être que j’aurai dévalisé Zara, maje et toussa, peut être que je ferai un peu des deux, mais essayerai de garder mon argents pour des choses plus importantes (payer son loyer ? lol) comme programmer des voyages, faire des virées à St Raphaël…

    Une chose est sûre, je vais continuer à vivre, à m’amuser, ne pas me laisser abattre. Je resterai moi. Même si la crise, les médias, mon horoscope/numeroscope du ELLE est à chier, une nouvelle année, c’est quand même beaucoup d’espoir.

    Qu’on nous laisse l’espoir, bordel !

     

    Je vous souhaite donc, pour 2009, d’avoir encore de l’espoir, des yeux qui brillent devant un spectacle pour enfant alors que vous avez 2 ou 3 fois l’âge requis, de vous retenir de rire en réunion très sérieuse, d’apprécier le temps qui passe sans le regretter, d’essayer de vous faire belle pour votre chérie avec des trucs très compliqués comme des bas, alors qu’il vous préfère simple, et pas maquillée, de glousser comme une hystérique devant Gossip Girl alors que ce n’est qu’une série (géniale, il est vrai !), de trouver de belles chansons que personnes n’écoute et de se sentir privilégié dans le métro, le casque sur les oreilles, de traverser paris, la nuit, dans un taxi, ou sur un scooter, à deux, avec le vent chaud qui rentre sous la veste, et caresse les chevilles (et oui, les chevilles, puisqu’il fera chaud et qu’on aura des sandales)

    Je vous souhaite tout ça, et encore plus de fous rires.

    Je vous souhaite de regarder vers l’avenir, en le laissant venir et de profiter.